La stratégie gagnante du référencement local et du click-and-collect pour les commerces de proximité

Vectrice d’activité, de chiffre d’affaires et même de fidélisation, la digitalisation est devenue essentielle pour les petits commerçants. C’est pourquoi chez Partoo nous avons développé des outils pour aider ces commerçants de proximité à gérer leur visibilité locale sans perte de temps ni prise de tête. De nouvelles pratiques drive-to-store sont même rendues possibles grâce à l’optimisation du référencement local. Focus sur le click & collect qui améliore l’expérience client et qui génère plus d’activité autant en ligne que sur place : le combo gagnant !

 

1. Ollca : qu’est-ce que c’est ?

 

L’ambition de Victor Gobourg, son fondateur, est de “devenir l’alternative à Amazon pour le commerce de proximité”. La start-up normande, aujourd’hui présente sur l’ensemble du territoire français, dont la plateforme a vu le jour en juin 2017, développe des boutiques en ligne clé en main pour les commerces de bouche et propose ainsi un service de click & collect, aussi appelé Drive piétons, et même de livraison. 

Quand nous avons conclu notre partenariat avec Ollca en janvier dernier, nous nous sommes fixé un but commun : améliorer la visibilité de leurs clients et les faire ainsi remonter un maximum dans les résultats de recherches locales dans le but d’apporter du trafic sur leurs boutiques en ligne. En deux mois et demi, juste avant le confinement, la promesse est tenue : les commerces de bouche clients d’Ollca sont apparus presque 3 fois plus dans les résultats de recherche Google comparé à l’année précédente. Ces recherches ont contribué à l’augmentation du trafic sur la plateforme entre février et mars.

 

2. Une relation gagnant-gagnant ?

a. Explosion du nombre d’actions sur les fiches Google My Business 

statistiques google my business

Le nombre total d’actions a plus que doublé dès le premier mois du confinement. En moyenne, cela correspond à 135 actions par semaine par établissement contre 7,5 cette même semaine pour des établissements ne proposant pas de service de click & collect. Travailler sur le référencement local et optimiser les catégories des clients d’Ollca a donc porté ses fruits : ils ont été visibles au bon moment, et ont pu profiter de cette visibilité pour augmenter leur activité globale grâce à la traction de nouveau clients ! 

Comment cette traction se traduit-elle ? Grâce aux différents indicateurs que nous suivons, nous avons pu identifier un réel changement dans les habitudes de consommation des Français. Avec le confinement, le nombre de demandes d’itinéraire a quasi diminué de moitié par rapport à la période de janvier à début mars. Les internautes cherchaient alors des informations sur ces commerces non pas pour s’y rendre comme les déplacements étaient de toute façon limités, mais principalement pour commander. C’est là que le click & collect est entré en jeu et a fait ses preuves. Les statistiques d’appel et surtout de visites des sites web ont été largement en hausse durant toute la période de confinement et ont même été multipliées par 2 par rapport à la période pré-confinement.

Aujourd’hui encore, ces statistiques restent très élevées et montrent que le click & collect est désormais une habitude de consommation ancrée dans la population. Cette nouvelle évolution est très positive car les avantages du click & collect sont nombreux, à la fois pour le consommateur et pour le commerçant : pas d’attente en magasin, pas de frais de livraison, optimisation de l’expérience client et activité générée à la fois en ligne et en magasin qui viennent booster le référencement local et le chiffre d’affaires ! 

 

“Saviez-vous que le click & collect/drive piétons favorise aussi les achats supplémentaires ? Selon une étude réalisée par l’IMRG, 40% des clients qui utilisent un service de click & collect achètent quelque chose de plus lors de la récupération de leur commande !”*

 

Par ailleurs, l’ajout du nouvel attribut “click & collect” par Ollca sur les fiches Google My Business de ses clients a beaucoup contribué à ce succès. En effet, Google a proposé cette nouvelle fonctionnalité courant avril en plein confinement, afin d’aider les commerçants à informer plus efficacement et facilement leurs clients en ligne. 

 

b. Un taux de conversion exceptionnel 

Ensuite, regardons de plus près le taux de conversion. Par taux de conversion, nous entendons ici le rapport entre le nombre d’individus qui ont effectué l’action voulue et le nombre total de visiteurs. Nous comparons le nombre total d’actions effectuées par les internautes sur les fiches Google My Business des clients d’Ollca et le nombre total d’apparitions de ces fiches dans les résultats de recherche. Cet indicateur est un facteur clé d’appréciation de l’efficacité d’une optimisation de sa visibilité locale à travers une solution de multi-diffusion des informations NAP (nom, adresse, numéro de téléphone) et de l’impact qu’elle peut avoir pour l’activité même de notre partenaire Ollca.

taux de conversion sur les fiches google my business

Pendant le confinement, ce taux a grimpé jusqu’à 4,66% contre 1,33% sur la même période l’année précédente. Cette forte augmentation est principalement due aux changements dans les habitudes de consommation des Français que nous avons mentionnés plus haut. Beaucoup se sont tournés vers la livraison ou le click & collect pour leurs courses alimentaires afin d’éviter de sortir en période de confinement.

Avec le déconfinement, les Français ont recommencé à se déplacer, mais l’on peut remarquer que le taux de conversion post-confinement reste encore presque deux fois plus important qu’en 2019 et est toujours très élevé.

Ces nouveaux comportements des consommateurs viennent amplifier la nécessité pour un commerçant de se rendre visible sur toute sa zone de chalandise. En créant un débouché aux recherches au travers d’une boutique en ligne, on vient compléter parfaitement le travail d’optimisation de sa visibilité et ainsi, maximiser son chiffre d’affaires !

 

3. Comment ces évolutions se sont-elles traduites du côté d’Ollca ?

 

On l’a vu, l’annonce du confinement a déclenché chez les consommateurs une modification majeure de leurs habitudes de vie, jusque dans leurs courses du quotidien. Le service du click and collect, aussi appelé Drive piétons, proposé par les commerçants présents sur ollca.com a alors pris tout son sens. En commandant, en réglant et en sélectionnant un créneau de retrait en amont depuis chez eux, les clients pouvaient ainsi continuer de consommer les bons produits de leurs commerçants de proximité tout en limitant le temps passé dans les boutiques.

Les commandes en ligne ont alors augmenté de 77% par rapport à février sur l’ensemble des villes où Ollca est présente, obligeant les commerçants à revoir leur organisation en boutique. Ces derniers ont ainsi dédié des espaces de retrait bien plus grands pour les commandes Ollca, dans le respect des mesures barrières imposées évidemment. Grâce à ce service, primeurs, bouchers, épiciers, boulangers, fromagers, poissonniers et traiteurs ont pu maintenir une activité très dense, nécessitant parfois de renforcer leurs effectifs pour faire face à la demande. L’évolution du chiffre d’affaires apporté aux commerçants partenaires d’Ollca pendant cette période l’illustre puisqu’elle est de + 1 123%. 

évolution du chiffre d'affaires ollca

On note que de nombreux consommateurs ont redécouvert le plaisir de consommer local en testant ce service de retrait express proposé par les artisans des métiers de bouche. La visibilité des boutiques sur les fiches Google My Business, que les internautes ont désormais l’habitude d’utiliser, et les posts réalisés sur les réseaux sociaux ont fortement contribué à leur présenter ce service.

Aujourd’hui encore, même après le confinement, le click and collect est toujours très utilisé par les clients qui apprécient cette nouvelle façon de maintenir le lien en boutique avec leurs commerçants. Cet engouement certain pour ce nouveau service encourage les commerçants à renforcer leur présence en ligne.

*étude IMRG, Home Delivery Review, 2014

 

 

 

 

« Allez vous faire voir … sur Internet ! »

Prochains articles